fonctionnement assurance retraite

Fonctionnement du système des retraites en France

L’Assurance retraite, comment ça marche ? Le système de retraite tel que nous le connaissons a fortement évolué au fil du temps pour arriver à ce qu’il est aujourd’hui. Il est le résultat d’une histoire complexe, expliquant ainsi la diversité des régimes et des caisses.

En 1945, le régime général de retraite a été fondé pour les salariés du secteur privé. Néanmoins, les régimes spéciaux pour les fonctionnaires et les indépendants ont gardé leur autonomie. En 1947, des régimes complémentaires viennent compléter le régime général, pour quelques catégories professionnelles.

Les régimes de retraite Français

On compte en tout 42 caisses de retraite aujourd’hui en France (régimes de base et complémentaires confondus). Les Français souscrivent en général à plusieurs caisses au cours de leur vie, premièrement car ils ont bien souvent adhéré à pas moins de 2 caisses en même temps, pour le régime de base et pour le régime complémentaire, et deuxièmement car ils sont susceptibles de changer de profession, donc de régime, durant leur parcours professionnel.

Le régime général de l’assurance retraite comporte le régime de base et le régime complémentaire et est adopté par 71% des citoyens français. 90% des français y adhèrent au cours de leur carrière.

Le régime de base est régi par la CNAV (Caisse nationale d’assurance vieillesse). Quant au régime complémentaire, il est géré par Agirc-Arrco, régime pour les salariés et les cadres, et l’Ircantec, régime pour les salariés n’étant pas titulaires du public. Les salariés agricoles disposent également du régime général, mais leur caisse n’est pas la CNAV, mais la MSA (Mutualité Social Agricole).

Le régime de la fonction publique couvre quant à lui 17% des actifs et admet depuis 2005 un régime complémentaire : la RAFP (Retraite additionnelle de la fonction publique). Il est destiné aux agents de l’état, aux collectivités locales et aux hôpitaux.

Pour les régimes des non-salariés, il y a la SSI (Sécurité Sociale des Indépendants) pour les artisans, commerçants et industriels ; la CNAVPL (Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse des Professions Libérales) pour les professions libérales ; et la MSA pour les salariés agricoles. Ces régimes sont utilisés par 10% des Français et sont gérés par des caisses s’occupant du régime de base et du régime complémentaire.

Les régimes spéciaux de l’assurance retraite sont adoptés par différentes professions et entreprises publiques comme la RATP, la SNCF, etc. Ils sont utilisés par 2% des actifs.

Fonctionnement par un système par répartition

Les régimes de base et complémentaires fonctionnent grâce à un système par répartition. Cela veut dire que les cotisations payées par les individus tous les ans sont directement consacrées au financement des pensions des retraités la même année. La répartition est différente du système par capitalisation, car pour ce dernier, les individus épargnent certaines sommes d’argent régulièrement pour récupérer au moment de la retraite l’argent accumulé, sous forme de capital ou de rente.

L’épargne-retraite est le principe par lequel la capitalisation est utilisée dans les régimes facultatifs dont les individus peuvent bénéficier pour augmenter leur retraite.

Un système contributif et solidaire

Le système de l’assurance retraite en France est contributif, c’est-à-dire que les personnes à la retraite perçoivent une pension proportionnelle à la quantité des cotisations versées durant leur parcours professionnel. La somme gagnée pour un retraité dépend des périodes d’activité professionnelle ainsi que de son niveau de revenu perçu lors de sa carrière.

Le système de retraite français est également solidaire, puisqu’en effet, il existe des dispositifs permettant d’augmenter la pension ou de partir à la retraite plus tôt sans devoir verser de cotisation. Les personnes au chômage, en arrêt maladie ou en congé parental ne versent pas de cotisation pour leur retraite, mais obtiennent des droits à la retraite.

Le système de retraite français est donc à la fois logique, en permettant à un individu de recevoir proportionnellement à ce qu’il a donné, et logique en permettant à chacun de recevoir en fonction de ses besoins, son assurance retraite.

C.G