Accident de la route et dommage corporel : Pourquoi prendre un avocat ?

Il n’est pas toujours évident d’avoir les bons réflexes et de prendre les bonnes décisions à la suite d’un accident de la route. Parce qu’il s’agit d’une situation anxiogène et perturbante d’une part mais aussi parce que trop de personnes, par peur de faire des remous ou de créer des histoires préfèrent se contenter de contacter leur assurance et d’accepter l’indemnisation offerte par cette dernière. Pourtant, dans un très grand nombre de cas, la juste indemnisation à la suite d’un accident de la route ne peut s’obtenir qu’en ayant recours aux services d’un avocat. À condition de prendre un avocat expert dans le domaine des accidents de la route.
D’ailleurs quand on y réfléchit un peu, c’est pour le moins logique et nous allons voir ci-dessous comment vous y prendre pour faire valoir réellement vos droits.

Prendre contact avec un avocat experimenté des accidents de la route

Avant toute chose si vous ou l’un de vos proches êtes victime(s) d’un accident de la route pour lequel les conséquences sont lourdes, prendre un avocat expérimenté des accidents de la route près de chez vous. Par exemple, si vous habitez dans les Hauts-de-France, vous pouvez vous rapprocher de maître Antoine Régley, avocat expert en accident de la route à Lille et dans le Nord. Dans une telle situation généralement source d’angoisse, l’avocat commencera par vous accompagner dans les différentes démarches que vous aurez à accomplir. Une aide précieuse quand on se trouve dans un tel état de choc.

Et il faut bien voir que cette aide est indispensable. Même si bien moins graves, vous avez peut-être d’ores et déjà été confronté(e) à des situations en un sens comparables et vous avez eu l’occasion de constater à ce moment-là que votre assurance, comme n’importe quelle assurance ne se plie généralement pas en quatre pour vous indemniser le plus rapidement et de la meilleure manière qui soit. Malheureusement, même dans le cadre d’un accident de la route aux conséquences lourdes, qui n’est pas l’apanage des conducteurs de voiture sportive, bien loin de là, la situation est trop souvent identique et c’est ce que combattent des avocats comme maître Antoine Régley.

Obtenir une juste estimation des préjudices et la bonne indemnisation

L’obtention d’une juste indemnisation pour l’ensemble des préjudices subis suite à un accident de la route repose sur une évaluation précise et approfondie de chaque dommage. Cette démarche nécessite l’intervention d’un avocat expérimenté, qui s’appuiera sur une équipe pluridisciplinaire d’experts, incluant des médecins, ergothérapeutes, prothésistes, et autres expérimentés de la réadaptation. L’expertise de ces professionnels est cruciale pour quantifier correctement les préjudices, qu’ils soient physiques, psychologiques ou matériels.

Le rôle central de la nomenclature Dintilhac

La nomenclature Dintilhac joue un rôle central dans le processus d’indemnisation. Établie pour standardiser l’évaluation des dommages corporels, elle détaille une liste exhaustive de postes de préjudice, permettant de s’assurer que tous les aspects du préjudice subi par la victime sont pris en compte. Cela inclut les dépenses de santé actuelles et futures, les pertes de gains professionnels, les préjudices moraux, et bien plus encore.

Détail des principaux postes de préjudice selon la nomenclature Dintilhac

  1. Dépenses de santé actuelles et futures (DSA/DSF) : Ces postes couvrent tous les frais médicaux nécessaires avant et après la consolidation de l’état de santé de la victime, y compris les traitements, les médicaments, et les équipements spéciaux non couverts par la sécurité sociale ou les assurances privées ;
  2. Frais divers (FD) : Ce poste regroupe les dépenses indirectes liées à l’accident, telles que les frais de transport pour se rendre aux rendez-vous médicaux, les coûts liés à l’adaptation du logement ou du véhicule, et d’autres dépenses nécessaires pour faciliter la vie quotidienne de la victime ;
  3. Perte de gains professionnels (PGA/PGPF) : Ces préjudices compensent la perte de revenus durant la période d’incapacité temporaire ou permanente, en tenant compte de l’impact de l’accident sur la capacité de travail future de la victime ;
  4. Assistance par tierce personne (ATTP/APTP) : Ce poste indemnise le coût de l’assistance nécessaire pour accomplir les actes de la vie quotidienne, que l’aide soit professionnelle ou fournie par des proches, avant et après la consolidation ;
  5. Préjudice moral et préjudices annexes : Ceci inclut le préjudice esthétique, le préjudice d’agrément (limitation des loisirs et activités), le préjudice sexuel, et le préjudice d’affection pour les proches affectés par l’état de la victime.
role de l'avocat dans les accidents de la route
Le rôle de l’avocat dans les accidents de la route est essentiel

Pour aller plus loin : Le rôle de l’avocat concernant les dommages subis

Le rôle d’un avocat expérimenté dans les accidents de la route est essentiel pour assurer que les droits des victimes soient pleinement respectés et que celles-ci reçoivent une indemnisation juste et adéquate. Dès les premiers instants suivant l’accident, l’avocat intervient pour offrir une assistance juridique immédiate, conseillant la victime sur les démarches à suivre et les précautions à prendre pour protéger ses intérêts. Cette intervention rapide permet d’éviter les erreurs qui pourraient compromettre la possibilité d’obtenir une indemnisation complète plus tard. En outre, l’avocat recueille les preuves nécessaires, telles que les rapports de police et les témoignages, qui sont cruciaux pour établir la responsabilité dans l’accident.

Une fois les faits établis et la responsabilité déterminée, l’avocat joue un rôle pivot dans la négociation des indemnisations. Fort de son expertise en droit des accidents de la route, il est en mesure d’évaluer de manière précise le montant des dommages subis par la victime, en se basant sur la nomenclature Dintilhac pour chiffrer les préjudices corporels et matériels. L’avocat s’assure que toutes les catégories de préjudices, des dépenses médicales aux pertes de revenus, en passant par les préjudices moraux et les douleurs souffertes, soient prises en compte dans l’indemnisation. Son expertise permet également de contrer les tentatives des assureurs de minimiser les paiements, garantissant ainsi que les victimes reçoivent une compensation qui reflète réellement l’étendue de leurs pertes et de leurs souffrances.

C.S